rh social networks

Que scrutent les RH sur vos réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux sont aujourd’hui des outils indispensables pour toute démarche d’employabilité, d’où l’importance de savoir s’en servir correctement pour mettre en valeur ses compétences professionnelles et ne pas commettre l’erreur de porter préjudice à sa candidature. En effet, les employeurs sont aujourd’hui nombreux à utiliser les réseaux sociaux pour rechercher des informations sur les […]

Les réseaux sociaux sont aujourd’hui des outils indispensables pour toute démarche d’employabilité, d’où l’importance de savoir s’en servir correctement pour mettre en valeur ses compétences professionnelles et ne pas commettre l’erreur de porter préjudice à sa candidature. En effet, les employeurs sont aujourd’hui nombreux à utiliser les réseaux sociaux pour rechercher des informations sur les postulants avant d’arrêter leur décision. Selon une étude menée par le site Erecruit, neuf recruteurs sur dix regardent les réseaux sociaux, professionnels et non-professionnels, des postulants.

Les réseaux sociaux non-professionnels

Facebook, le réseau social le plus répandu au niveau mondial, est très sollicité par les RH qui souhaitent découvrir la face cachée des candidats, leurs préférences, leur orientation politique, leur nombre d’amis, leurs photos, etc. Bref, les RH passent tout au crible pour déterminer si le candidat correspond au profil recherché et s’il présente les qualités à même de faciliter son intégration au sein de l’équipe.

 

Certains clichés et certaines préférences peuvent ne pas être du goût du recruteur, d’où l’importance de modifier vos paramètres de confidentialité pour que seules vos connaissances puissent accéder à vos partages. Il en est de même pour Twitter et Instagram. Là aussi, vous devez veiller à publier un contenu trié sur le volet pour ne pas compromettre vos chances d’être retenu pour un poste. Quoi qu’il en soit, il est préférable de créer un profil privé ou d’utiliser un pseudonyme.

Niveau linguistique et propos déplacés

Si vous tenez à garder votre compte public, alors faites attention à la façon dont vous vous exprimez sur les différents réseaux sociaux. Le langage SMS, le verlan, les textes comportant des fautes d’orthographe et des mots vulgaires ou déplacés peuvent pousser le RH à vous écarter tout simplement. Les opinions politiques ou religieuses radicales sont également à exclure. Il est important de partager un contenu de qualité, qui saura plaire au RH qui glane des informations sur vous.

 

Bien évidemment, le choix du contenu est subjectif, et il est très difficile de définir quel contenu est susceptible de séduire un RH. Néanmoins, il convient d’éviter les photos de soirées, la violence, le contenu à caractère pornographique, les propos déplacés ou offensants envers un pays, une minorité ou une religion, etc. Enfin, évitez de vous plaindre de votre ancien employeur et ne divulguez pas d’informations confidentielles sur le web à propos de votre ancien emploi.

Les réseaux sociaux, un levier de visibilité

Pour optimiser votre employabilité, vous pouvez utiliser les réseaux sociaux comme vitrine pour exposer votre expertise et votre savoir-faire. Commentez, likez et partagez des posts en relation avec votre métier. Cette technique de personnal branding fera de vous la perle rare et le candidat idéal que les employeurs s’arrachent.

 

Les employeurs qui consultent LinkedIn peuvent, pour leur part, voir le profil détaillé du candidat, ses compétences, sa liste de contacts, sa photo, son parcours professionnel, etc. Le candidat a donc tout intérêt à avoir une page LinkedIn en phase avec les informations contenues dans son curriculum vitae.

 

La gestion des ressources humaines occupe une place clé dans les entreprises. Découvrez les formations Ressources Humaines de qualité proposées par le Groupe IGS, et garantissez-vous une carrière réussie dans les RH.

L’enquête IFOP / LISPE : évolutions et transformations managériales

A l’occasion du colloque Dirigeants en Pays d’Avignon qui réunit chaque année plus d’une centaine de représentants du monde académique, politique, entrepreneurial et culturel, l’IFOP et le LISPE ont présenté leur grande étude sur les évolutions managériales.