Conférence de Julia de Funès : « il est urgent de repenser le monde de l’entreprise »

Julia de Funès a livré un témoignage audacieux au sujet de l’avenir du travail auprès de plus de 360 apprenants, collaborateurs et invités du Groupe IGS Toulouse.

Jeudi 31 janvier 2019, le Groupe IGS Toulouse a convié Julia de Funès, Docteur en philosophie et diplômée de l’école IGS-RH, pour une conférence sur le travail et les absurdités en entreprise.
La philosophe a livré un discours critique et audacieux du monde de l’entreprise devant un public de 360 personnes composé d’apprenants, de formateurs, collaborateurs du Groupe IGS Toulouse et entreprises partenaires.

IDEOLOGIE PRECAUTIONNISTE ET MYTHE DU BONHEUR EN ENTREPRISE

Pendant plus d’une heure et demie, Julia de Funès expose son point de vue, mêle anecdotes et explications philosophiques pour démontrer l’urgence de repenser le monde de l’entreprise. Un des premiers sujets que la philosophe aborde est l’excès de procédures en entreprise : « Aujourd’hui le moindre risque est considéré comme une menace et pas comme une opportunité. C’est la prédominance de l’idéologie precautionniste ». Le ton est donné. Lorsqu’elle traite la thématique du bonheur au travail, Julia de Funès parle également sans détour : « c’est l’idéologie du bonheurisme, c’est-à-dire que si vous n’êtes pas heureux vous avez échoué, alors que le bonheur est indéfinissable.

 

« Pour moi le Chief happiness officer est un emploi fictif, le bonheur en entreprise est un mythe ».

SENSIBILISER LES ETUDIANTS : UN ENJEU IMPORTANT

Julia de Funès le rappelle, elle ne plaide pas à charge, porte un regard critique, mais pas défaitiste. Pour elle, parler de management à des étudiants, public peu confronté aux problématiques de l’entreprise, constitue un enjeu important : « c’est avec les étudiants que tout se joue : il faut alerter, favoriser l’esprit critique et surtout sensibiliser aux idéologies ambiantes et aux logiques procédurières dans lesquelles il ne faut pas tomber ou par lesquelles ils ne doivent jamais se laisser berner. »
La petite-fille du célèbre comédien Louis de Funès, ne laisse pas son public indifférent. Ses propos font réagir, heurtent certaines personnes, en amusent d’autres. Une victoire pour celle qui a averti son auditoire en début de conférence :

« Je vais vous demander de me contredire le plus possible. J’aime quand les gens ne sont pas d’accord avec ce que je dis ».

OSER L’INCROYABLE AVENTURE D’ÊTRE SOI-MÊME

De la notion de process, ennemi de l’action, à la confiance, clé de l’autonomie, en passant par la question du sens, qui s’oppose aux moyens et à la technique, Julia de Funès a balayé un certain nombre de stéréotypes en entreprise. Le temps d’échanges à la fin de la conférence a permis au public d’obtenir des éclaircissements sur certains sujets. À une question posée sur la place des femmes en entreprise, Julia de Funès cite Simone de Beauvoir : « Il faut oser l’aventure incroyable d’être soi-même. ». Un message inspirant et optimiste pour nos apprenants.

 

Julia de Funès a travaillé durant 7 ans dans le domaine du recrutement avant de changer de vie. Sa vision critique et son regard décalé envers le management en entreprise actuel attirent les chaînes de télévision qui l’invitent régulièrement sur leurs plateaux. Un jour, on lui demande d’intervenir dans les entreprises. Cela fait maintenant presque dix ans que Julia rencontre quotidiennement des employés et employeurs. Entre temps, elle s’est mise à donner des conférences mais aussi à écrire : « Cours de philo sur les idées reçues » en 2010, « Socrate au pays des process » en 2017, et enfin « La comédie (in)humaine » co-écrit avec l’économiste Nicolas Bouzou, en 2018.