Le harcèlement scolaire : dites stop !

Le harcèlement scolaire est aujourd’hui un véritable fléau. Une journée de sensibilisation a d’ailleurs été instaurée depuis 2015 par le gouvernement afin de lutter contre le harcèlement, qui fait 700 000 victimes par an en France. Si vous êtes vous-même confronté au harcèlement, sachez que des solutions existent et que vous n’êtes en aucun cas responsable.

Groupe-IGS-Harcelement

Les risques du harcèlement sur votre vie

Si vous êtes victime de harcèlement, vous allez vous sentir vulnérable et appréhender votre quotidien. Bien souvent, ce rapport de domination et d’intimidation conduit la victime à une situation d’isolement, avec un impact conséquent sur votre vie, notamment scolaire. Vos résultats en pâtissent, vous ressentez des troubles de comportement avec des problèmes de concentration et des somatisations anxieuses.

Faut-il quitter son établissement ?

Il arrive alors fréquemment que la personne harcelée veuille fuir la situation et son ou ses harceleurs, en quittant son établissement scolaire. Mais vous pouvez agir afin de reprendre le cours de votre vie, en dénonçant votre ou vos harceleurs. Vous n’êtes en effet pas responsable des actes que vous subissez ! Vous êtes une victime, avec un droit de parole.

Parlez du harcèlement à vos proches

N’ayez pas peur ou honte de demander de l’aide. En effet, résoudre vous-même le problème par la violence ou la vengeance n’est pas une solution, n’affrontez pas seul votre ou vos harceleurs. Au contraire. Il est préférable de vous entourer, et cela passera par le courage d’en parler à une personne de confiance. Ce peut être quelqu’un de votre entourage, un ami, un parent... Ils sont vos alliés, et un appui sans faille sur lequel vous allez pouvoir compter. Vous pouvez également, si vous le préférez, vous tourner vers une personne de votre établissement scolaire. En effet, les équipes pédagogiques sont préparées à vous accompagner lors de ces situations intolérables, et vont vous aider à dénoncer votre ou vos harceleurs.

Des aides extérieures existent

Toutefois, d’autres alternatives existent. Si vous appréhendez d’en parler à une personne en direct, des numéros verts ont été mis en place, afin d’entrer en contact avec des spécialistes de la situation. Vous pouvez ainsi joindre le 3020, « Non au harcèlement », ou encore le 0800 235 236 « Fil Santé Jeunes », ainsi qu’une association du réseau Inavem (institut d'aide aux victimes et médiation).

Le harcèlement est puni par la loi

L’important est d’en parler afin de trouver des solutions. N’oubliez pas que vous êtes une victime, et en aucun cas responsable de la situation. Ce n’est pas à vous d’en subir les conséquences en changeant votre vie et en vous isolant. Mais aux harceleurs de se rendre compte des impacts de leurs actes. Sachez que les auteurs de harcèlement encourent une amende de 15 000 euros avec une peine de prison d'un an s’ils sont majeurs ; ou 2 ans en cas de circonstance aggravante et 30 000 euros d'amende. À noter que vous pouvez porter plainte jusqu’à 6 ans après les faits, et contre X si le ou les harceleurs sont inconnus.

En dénonçant vos harceleurs, vous vous libérez. Vous empêchez aussi le ou les auteurs de ce harcèlement de perpétrer leurs attaques contre d’autres victimes.

Groupe IGS s’engage à vos côtés, et veille à vous accompagner à chaque étape de votre parcours étudiant.

PARTAGER