Blockchain : révolution dans le commerce?

Le célèbre magazine « The Economist » l’a baptisé « the trust machine » (comprenez, la machine à confiance), une victoire tardive pour une technologie popularisée par la cryptomonnaie qui, lors de ses débuts en 2008, suscitait doute et appréhension dans le milieu des affaires.
blockchain-commerce

La blockchain (littéralement chaîne de blocs) trouve des adeptes dans toutes les industries, désormais convaincues de son potentiel révolutionnaire pour les entreprises de demain. Le point sur la blockchain et son impact sur le secteur du commerce.

Blockchain : de quoi parle-t-on ?

D’emblée, pour bien cerner la technologie blockchain, il faut comprendre qu’elle a été construite sur le principe du « peer to peer » et qu’elle est indissociable de la cryptomonnaie créée en 2008 : lebitcoin (d’autres applications dissociées du bitcoin sont toutefois possibles). Selon Blockchain France : « la blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle ». En d’autres termes : la blockchain est une technologie qui a été créée pour sécuriser les transactions en bitcoin. Il faut donc remonter aux origines de la création de cette monnaie virtuelle et comprendre son principe de fonctionnement, qui a induit la mise en place des chaînes de blocs.

En novembre 2008, à l’orée de la crise financière qui a secoué la planète, une idée originale, conçue par un anonyme qui se présente sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, voit le jour : il s’agit du bitcoin. Le principe fondateur de cette cryptomonnaie est simple : poser les fondations d’un système de transactions sans intermédiaires, basé sur la confiance et extrêmement sécurisé par cryptographie. Le bitcoin peut être utilisé pour des achats de biens et de services ou être échangé contre d’autres monnaies. Mais sa vraie particularité est qu’il n’est pas géré par un organe central (banque unique), mais de façon décentralisée, par la blockchain. Cette dernière va servir de base de données décentralisée de toutes les transactions faites entre utilisateurs (particuliers ou entreprises).

Au-delà du bitcoin qui l’a enfantée, la blockchain va trouver de plus en plus d’applications grâce à son principe fondateur de pair à pair et donc, sans intermédiaires. Des opérations de virement de fonds, de paiements électroniques peuvent désormais se faire sans l’intermédiation d’une banque, ce qui réduit le coût des transactions. La technologie blockchain peut trouver une application dans chaque domaine nécessitant des échanges sécurisés, soit quasiment tous les secteurs de l’économie, en tête desquels le commerce.

Impact de la blockchain sur le commerce international

Transparence et sécurité : deux atouts majeurs de la blockchain en faveur d’un secteur qui en a fortement besoin : le transport maritime et le commerce international. Car s’il est une chose que les acteurs de ce secteur redoutent, c’est la fraude. Prenons à ce propos le cas peu reluisant de ces quelques banques internationales ayant subi des pertes, en 2014, sur des lignes de crédit accordées à une entreprise de négoce de matières premières, au port chinois de Qingdao. Les procédures obsolètes et peu fiables alors en vigueur dans le commerce international, notamment l’enregistrement des titres de propriété manuellement sur papier, ont permis à cette entreprise d’obtenir plusieurs crédits avec pour garantie le même stock de matières premières ! Le manque de traçabilité a eu raison des banques qui n’avaient aucun moyen de recouper les informations fournies par l’entreprise de négoce. Si la blockchain était implémentée, ce crime aurait été avorté au stade de tentative de fraude.

La technologie des réseaux partagés (blockchain) s’impose d’elle-même à ce niveau car elle permet d’avoir une traçabilité complète de la chaîne d’approvisionnement. Finis les registres papier et les délais de traitement longs par toutes sortes d’organismes, sur plusieurs points du parcours des marchandises. Grâce à la blockchain, les documents de contrôle conventionnels seront numérisés et cryptés de telle sorte qu’ils soient accessibles à tous les intervenants, à tous les stades du parcours des matières premières, de manière sécurisée et transparente. Des informations comme le poids, l’identité du vendeur ou la qualité seront inscrites dans une empreinte digitale unique sur la blockchain.

Entre autres avantages du système : la réduction de la fraude, des délais de transport et des coûts liés au contrôle du fret maritime international. Pour Jérémie Rolle, consultant data et analytics chez PwC France : « Certains acteurs prévoient que la digitalisation de la chaîne d’approvisionnement au moyen de la technologie blockchain permettrait d’économiser jusqu’à 20 % des coûts du fret maritime international en simplifiant considérablement la documentation commerciale et, in fine, réduisant fortement les risques de fraudes ainsi que le délai de transport des marchandises ».

Impact de la blockchain sur le commerce de détail

Le commerce de détail et la grande distribution peuvent aussi tirer avantage de la technologie blockchain, et ils le font. Le géant américain Walmart a d’ores et déjà commencé à l’implémenter pour le suivi des produits, des achats et des informations sur les clients. D’autres mastodontes de l’industrie du commerce de détail (Nestlé, Unilever, Kroger…) lancent des tests d’applicabilité de la blockchain à leur business. La raison ? Les acteurs de la « retailindustry » savent pertinemment le potentiel de la blockchain pour leur activité : sécurité (cryptographie), vitesse et transparence. À ce titre, la spécialiste de la blockchain Dr ReshmaKamath, explique : « dans le contexte de la chaîne d’approvisionnement du commerce de détail, la blockchain permet un suivi de bout en bout, partant de la source jusqu’au consommateur final ».

Grâce à ce suivi digital de toute la chaîne logistique, la blockchain va permettre à l’industrie d’avoir des empreintes de tous les stades de vie d’un produit et connecter les informations récoltées. Les avantages : traçabilité et sécurité des aliments, assurance qualité des produits, réduction du gaspillage et des pertes de marchandise.

Impact de la blockchain sur l’e-commerce

Le secteur de l’e-commerce a toujours eu les mêmes défis majeurs : paiement, chaîne d’approvisionnement, sécurité des données, transparence de la marketplace, satisfaction des fournisseurs et des clients… Résoudre tous ces problèmes d’un coup est loin d’être simple. Toutefois, avec la technologie blockchain, c’est désormais possible.

Grâce à la blockchain et son principe de pair à pair, les coûts de paiement pourront être réduits car nul besoin de passer par des tiers. Les procédures de paiement sont aussi significativement simplifiées et la sécurité accrue. Cela améliore considérablement l’expérience utilisateur, ce qui veut dire un taux de retour et de fidélisation plus élevé. Au niveau de la chaîne d’approvisionnement, la procédure d’achat des entreprises de l’e-commerce sera simplifiée. Grâce à la traçabilité, elles pourront suivre l’acheminement de leurs achats à tous les stades et en toute confiance. Par ailleurs, l’une des zones d’ombre qui ont accompagné le secteur de l’e-commerce est la sécurité des données des utilisateurs. En effet, ces données sont stockées sur des serveurs vulnérables aux attaques de cyber criminels. La technologie des réseaux partagés est à même de résoudre ce problème car la plateforme blockchain est décentralisée, ce qui veut dire que les données des utilisateurs le sont aussi, ce qui les rend presque inviolables en cas d’attaque.

La blockchain serait-elle en train de révolutionner le commerce ? Au vu des nombreux changements qu’elle apporte, on est bien tenté de dire que c’est bel et bien le cas !

PARTAGER