Comment conjuguer le « co » dans l’après Covid ?

Le co-working et le co-living ont connu un véritable boom ces dernières années, tant au niveau des écoles et des campus qu’au sein des entreprises. Ces modèles, prônant le partage, le vivre-ensemble et favorisant l’émulation, se sont en effet imposés en devenant pour les écoles et les entreprises un vrai levier d’attractivité. 
La crise sanitaire que nous vivons et ses règles de distanciations sociales changent la donne et poussent ces établissements à s’adapter. Ces modèles sont-ils entièrement remis en cause ?

rentree groupe igs lyon

Vers un re-cloisonnement des espaces et une diminution des interactions directes… ?

Ces espaces de travail ou de détente partagés visant à créer un esprit de communauté et d’appartenance entre salariés ou étudiants ont été désertés lors du confinement et peinent aujourd’hui à retrouver leurs habitués.

Crise sanitaire oblige, les entreprises ont dû s’adapter rapidement et transformer la vie de bureau. L’architecture des bureaux « avant Covid » favorisait le travailler ensemble et le vivre ensemble. La crise du coronavirus force aujourd’hui les entreprises à réadapter leurs modèles managériaux. 

La tendance actuelle est donc au « re-cloisonnement » : des vitres plexiglas sont posées entre les salariés dans les « open-space » et beaucoup d’entreprises favorisent le télétravail, ou encore le présentiel alterné. Le port du masque devenu obligatoire, le travail d’équipe et collectif tend à reprendre quelques couleurs, avec le retour ou plutôt le lancement des réunions masquées !

Vers des solutions innovantes ?

Dans cette ère Covid que nous traversons, où le « vivre-ensemble » est fragilisé, certaines entreprises ou établissements d’enseignement supérieur se lancent dans des solutions audacieuses, alternatives et conjuguent ainsi autrement le Co-work et l’esprit team building.

Tel est le cas de ces entreprises qui ont fait le choix de déménager leurs locaux en plein air, la possibilité de contracter la Covid étant bien moins importante à l’extérieur. Pour cela, des start-ups proposent la location de box couverts mais entièrement ouverts permettant des sessions de travail ou des réunions en plein air. Cette tendance permettrait aussi de stimuler la créativité des employés ! 

Si certains établissements d’enseignement supérieur proposent eux aussi des cours en extérieur, d’autres misent quant à eux sur les bureaux mobiles. Légers, facilement transportables et nettoyables, ils permettent aux étudiants de se déplacer et de s’asseoir où ils le souhaitent !

Comment le Groupe IGS s’est-il adapté ?

Expert de l’enseignement supérieur et du Digital Learning, le Groupe IGS à Paris, Lyon et Toulouse a maintenu, dès le début du confinement, les méthodes d’apprentissage à distance afin d’assurer son engagement pédagogique auprès de ses apprenants et de développer l’adaptabilité de ses apprenants et futurs salariés des entreprises. En effet, malgré la distance, nous avons su maintenir les liens humains avec les étudiants, les collaborateurs et les entreprises partenaires en se montrant réactif et innovant.

Aujourd’hui, les Campus accueillent à nouveau les élèves en présentiel. Si là aussi le port du masque et le lavage des mains au gel hydroalcoolique sont obligatoires, le travail en groupe est restreint au sein de l’établissement et les cours à distance ou en format mixte sont mis en place à chaque fois que la distance physique ne peut pas être respectée en salle de cours.

Dans cette société post-Covid, les modèles du co-working et co-living doivent s’appuyer sur le souhait toujours existant de convivialité, partagé par les apprenants et les salariés, pour évoluer à la sortie de la crise. En effet, les écoles et facultés recherchent actuellement un point d’équilibre visant à limiter les contacts directs entre leurs étudiants tout en recréant une vie de campus conviviale, propre aux études supérieures.

En attendant, il est désormais possible de découvrir le CAMPUS HEP Lyon – René Cassin depuis chez vous grâce à la visite virtuelle et les campus de Paris et Toulouse
 

PARTAGER